Chroniques·contemporain

Quand la nuit devient jour – Sophie Jomain

Editions Pygmalion – 27 Avril 2016
224 pages

Résumé :
« On m a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l échauffement d une brûlure, parler des noeuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà.
La dépression. Ma faiblesse.
Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début.
J ai vingt-neuf ans, je m appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois. Le 6 avril 2016. Par euthanasie volontaire assistée. »

Mon avis :
Quand la nuit devient jour, c’est l’histoire de Camille, une jeune femme qui souffre, et ce, depuis son enfance. A 29 ans, elle ne veut plus de cette vie, de SA vie. Elle a décidé d’y mettre un terme, en passant par l’euthanasie volontaire. Ce livre nous livre son cheminement…

J’avais acheté ce livre dès sa sortie et jusqu’à présent, il stagnait dans ma PAL. Nombreux sont ceux qui m’ont informé que le récit était dur, que je devais préparer les kleenex, … et je pense, que je reculais, cherchant le bon moment pour le sortir, même si je pense, que face à ce roman, il n’y en a jamais. L’intrigue, dont le thème est d’actualité, et assez controversé, est bien menée. D’emblée, je me suis laissé emporter dans l’univers dans lequel Sophie Jomain nous entraîne. Le récit est bien rythmé, intense, et l’histoire, très poignante et émouvante. Difficile de rester insensible face à ces mots, pourtant, ici, je n’ai pas sorti les mouchoirs. Certes, durant toute ma lecture, j’ai eu la gorge nouée, mais cela s’est arrêté là.
La plume de Sophie Jomain reste, comme à son habitude fluide, agréable à lire.

Je me suis attachée aux personnages, qui sont réellement touchants, notamment Camille. C’est une jeune femme qui n’a jamais aimé son corps, qui ne s’aime pas, tout simplement. Depuis son adolescence, elle souffre de troubles alimentaires compulsifs, alternant entre anorexie et boulimie, mais alterne également avec des phases de période dépressive. Même si elle s’est fait soigner à de multiples reprises, les troubles sont toujours bien présents. C’est pourquoi, elle a fait le choix de ne plus souffrir et de recourir à cette méthode de mort assistée en Belgique (la pratique de l’euthanasie en France n’est pas légalisée). Après quelque temps passé aux côtés du médecin du centre, elle aura sa part de bonheur de joie, elle se pose même la question si elle ne pouvait éventuellement pas continuer…
Marc Peeters, le médecin du centre, celui qui la suit jusqu’au jour J. Il s’exprime peu de prime abord, se contentant d’être à l’écoute, comme tout bon thérapeute dans cette discipline. Il n’est pas là pour juger. Peu à peu, il s’éprend de cette jeune femme, pleine de souffrance, et tend à rendre ses derniers jours meilleurs. Il finit par se rendre compte qu’elle est, au fil des jours, devenue plus qu’une simple patiente…

En bref : j’ai beaucoup aimé cette lecture. De la souffrance physique et psychologique à un regard sur la mort, Sophie Jomain nous livre une histoire intense, poignante et émouvante. Pour ma part, face à ce sentiment, j’ai su prendre du recul, étant confrontée à cela dans le cadre de mon métier. Toutefois, cela ne m’a pas empêché de ressentir toutes les émotions présentes dans le roman. La fin ouverte me laisse dans l’interrogation, mais je pense que l’auteure l’a fait en toute connaissance de cause, nous laissant le choix de la fin.

Un commentaire sur “Quand la nuit devient jour – Sophie Jomain

  1. Je ne connaissais pas du tout le synopsis du livre, pourtant le titre ne m’était pas inconnu. Alors oui je souhaite le lire, mais je pense qu’il va attendre parce que comme tu le dis le thème est dur et controversé, et qu’il faut être dans le bon état d’esprit. Mais je le note pour ma wishlist 🙂

  2. J’aime beaucoup les livres de Sophie Jomain, j’avais adoré Cherche jeune femme avisée, et depuis j’ai tellement peur d’être déçue que je n’ose lire autre chose d’elle ! Mais j’entend beaucoup parler de ce livre, qui stagne également dans ma PAL, et je pense que je vais ressentir le besoin de le sortir prochainement !

    1. « Cherche jeune femme avisée » est dans ma PAL tout comme « Les étoiles de Noss Head ». Une série que j’affectionne également beaucoup : « Felicity Atcock », d’ailleurs, c’est bientôt la fin de la série :'(

Laisser un commentaire