Editions Hugo Roman (New Romance) – 16 Novembre 2017
340 pages

Résumé :
Il ne croyait plus en l’amour.
Margot a besoin de changer d’air. Elle vient de se séparer de son ex qui s’est révélé être un pauvre type opportuniste, tout cela très publiquement devant toute le gratin de Detroit.
Cela tombe bien, la société de communication où elle travaille doit s’occuper d’un client hors de la ville.
Quoi de mieux qu’un séjour loin de son quotidien, au bord du lac Huron, dans une ferme qui a besoin de donner un coup de jeune à son image ?
Mais, elle ne s’attendait pas forcément à rencontrer un homme comme Jack, un des propriétaires de la ferme.
Renfermé, agressif, il n’est toujours pas remis du décès de son épouse et déteste l’idée qu’une jeune femme de la ville vienne se mêler de leurs affaires.
Mais sa vivacité et son charme sont en train de percer la carapace que le deuil a créée autour de son coeur.
Elle n’est que de passage, elle ne connaît rien à son quotidien mais il pourrait lui apprendre à vivre auprès de lui.

Mon avis :
Margot, séparée de son petit ami, qui au final n’avait besoin d’elle non pas par amour, s’est affichée devant tout le gratin de Detroit. Rien de tel que d’aller se mettre au vert durant un temps, et par la même occasion s’occuper d’un client hors de la ville, à deux heures de route de là.
Quand elle arrive à la ferme des frères Valentini, elle rencontre Jack, le cadet. Hostile envers elle de prime abord, elle ne peut s’empêcher d’être attirée comme jamais par celui-ci. Jack de son côté, vit depuis plusieurs années sous le poids du deuil et de la culpabilité. Il ne veut plus aimer, ne veut pas de seconde chance. Et pourtant cette citadine qui ne connaît rien au monde de l’agriculture, éveille en lui quelque chose qu’il pensait perdu à jamais !

Je peux déjà dire que je ne suis pas fan de la couverture et que ce titre ne m’a attiré que de par son pitch. L’intrigue, originale de par l’univers dans lequel on évolue, est bien menée. Dès les premières pages, je me suis laissé emporter par l’histoire qui est addictive, riche émotionnellement. Le récit a un très bon rythme, les rebondissements s’enchaînent, les pages défilent sans que l’on voie le temps passer.
La plume de Melanie Harlow, que je découvre, est fluide, très agréable à lire.

Je me suis attachée très vite aux personnages. Margot est une jeune femme dont la famille est issue du gratin de la ville, son père est en proie de remporter les élections. Pour elle, elle a toujours fait ce que l’on a voulu d’elle, elle était même prête à se marier comme elle le rêvait. Mais c’était avant qu’elle ne rencontre Jack Valentini… Si dans un premier temps, elle a envie de le haïr, elle qui se présente comme une citadine qui ne connaît rien à rien, se révèle être une femme assez exceptionnelle. Elle a de la suite dans les idées, mais peut se montrer également très compréhensible. Elle est déterminée et a une belle force de caractère.
Jack Valentini, est le cadet de la famille. Depuis trois ans, il vit renfermé sur lui-même, plongé dans son travail et vit dans un chalet sur la propriété familial. Depuis qu’il a perdu sa femme, il culpabilise de sa mort, mais il est aussi marqué, en tant qu’ancien vétéran, par ce qui s’est passé quand il était en mission. C’est un homme marqué par le passé qui ne veut pas tourner la page, ne cherche pas à avancer. L’arrivée de Margot va tout d’abord l’irriter, il se montrera détestable, exécrable même, mais petit à petit, elle réussira à percer son armure, et il s’adoucira à son contact. Elle éveillera en lui des choses qu’il pensait perdues à jamais, et enfin pourra se décider à avancer, pour lui, pour elle et également pour sa famille.

En bref : j’ai passé un excellent moment avec cette lecture. Même si le cheminement de l’histoire reste assez simple, l’auteure nous relate une histoire de seconde chance, intense et riche en émotions. « Si nos chemins se croisent » a fait fondre mon petit cœur !

Laisser un commentaire