Chroniques·fantastique

Go to Hell, T.4 : Damnation – Oxanna Hope

Editions Rebelle – 11 Décembre 2017
308 pages

Résumé :
« Ce qui s’est passé ne peut être oublié. Le passé est toujours présent. Et le présent sera sanglant…»

Mon avis :
Un an s’est écoulé depuis que les frères Leghert sont revenus du Monde de Cassie, sans elle… Depuis Damian vit sous le poids de la culpabilité, mais il doit cependant avancer. Ensemble, accompagnés de leur sœur Jess, ils vont devoir faire face à une entité surnaturelle très dangereuse qui ne sera pas facile à affronter. Mais Damian, de son côté, devra affronter une « revenante » qui, elle a un désir de vengeance…

C’est toujours un labeur d’attendre la sortie d’un tome de cette saga, et, quand j’ai le livre en main, il ne fait pas long feu. L’intrigue, qui reste originale, est bien menée. Dès le début de ma lecture, je me suis retrouvée plongée dans l’univers dépeint par l’auteur, qui nous tient en haleine, voire à bout de souffle par moments. L’histoire monte crescendo, suspens, actions et rebondissements sont de mise. La fin me laisse dans l’attente de la suite, et là, il va falloir que je me montre patiente…
La plume d’Oxanna Hope reste fluide et agréable à lire comme à son habitude.

Je reste attachée à nos personnages. Damian, depuis leur retour sur terre se sent coupable, et il se croit même victime d’hallucinations. Mais tout compte fait, seule restera ce sentiment de culpabilité. Il aura beau être désolé, cela ne suffira pas, et il n’hésitera pas à se mettre en danger pour protéger les siens.
Seven et Jess, quant à eux, sont protecteurs vis-à-vis de Damian, ils ont peur pour lui, car il fait preuve par moments d’immaturité, qui au final n’en est pas vraiment.
Un autre protagoniste entre en jeu, et je ne dévoilerais pas de qui il s’agit pour ne pas spoiler, mais ce dernier cherche à se venger de la famille Leghert.

En bref : j’ai adoré ma lecture. Une histoire à couper le souffle qui nous tient en haleine du début à la fin. Quant à l’épilogue, elle me laisse dans l’attente de la suite. Et là, je vais devoir user de patience !

Laisser un commentaire