Chroniques·Comédie romantique

Il suffit parfois d’un zeste de folie – Nina Kelly

Editions Harper Collins (HQN) – 8 Février 2018
296 pages

Résumé :
Tout les oppose… mais ils ne pourront bientôt plus se passer l’un de l’autre.
Pour rester en bonne santé, Mélissa ne jure que par les remèdes naturels, le yoga et un régime végétarien. Alors, quand sa meilleure amie lui dégote un poste de secrétaire dans un cabinet médical, on ne peut pas dire qu’elle soit enchantée, même si elle ne peut s’offrir le luxe de refuser. D’autant qu’elle connaît l’un des jeunes médecins du cabinet, Benjamin, et que leur première rencontre a été aussi catastrophique qu’explosive. Mais, si le destin a choisi de remettre Benjamin sur sa route, c’est sûrement pour une bonne raison… 

Mon avis :
Melissa, n’a pas encore trouvé réellement sa voie. Quand sa meilleure amie lui trouve un remplacement en tant que secrétaire dans un cabinet médical, elle ne voit pas de quel droit, elle pourrait refuser. Mais les choses ne seront pas si aisées, car elle devra côtoyer Benjamin, jeune médecin, qu’elle a déjà rencontré auparavant. Et comme ce dernier est autant cartésien, qu’elle, loufoque, les journées s’annoncent longues. Si de prime abord, ils sont comme chien et chat, petit à petit, leur relation prend une autre tournure, et comme on dit « les opposés s’attirent »…

J’ai été attiré par ce titre rien qu’à la lecture du résumé, et comme j’avais déjà lu un autre roman de cette auteure, j’ai cédé. L’intrigue, qui certes, n’a rien d’original, est bien menée. Dès la première page, je me suis laissé séduire par l’histoire, qui est très addictive malgré sa légèreté. Le récit est bien rythmé, on n’y retrouve de l’humour, de la fraîcheur, et même si on se doute dès le départ de la finalité, on a de quoi passer un bon moment sans se prendre la tête. Du côté des émotions, il ne faut pas chercher dans l’intensité, car là, j’ai trouvé que tout n’est que guimauve.£La plume de Nina Kelly est fluide, agréable à lire.

Je me suis rapidement attachée aux personnages. A 28 ans, Melissa vit en colocation avec sa grand-mère et n’a pas d’emploi fixe, bien qu’elle soit diplômée en naturopathie. Si elle fait tout pour rester en bonne santé, ne jurant que par les huiles essentielles, son mode de vie végétarien et le yoga, elle reste quand même une éternelle adolescente qui a peur de passer le cap de l’âge adulte. Elle est un peu loufoque sur les bords, n’a pas peur du ridicule, et a un caractère assez affirmé malgré tout. Toutefois, quand il s’agit des hommes, là elle ne veut que de relations éphémères, le trop sérieux, ce n’est pas pour elle, et encore une fois, tout est relié à son mode de fonctionnement (à savoir, la peur de passer à l’âge adulte). Force sera de constater que Benjamin, malgré tout, percera sa carapace et lui fera voir la vie autrement au fil des jours.£Benjamin est un jeune médecin. Quand il rencontre Melissa chez son amie Charlotte, il ne peut que la trouver exubérante, fatigante, et tout un tas d’autres qualificatifs. Il le sait, tous deux sont diamétralement opposés, pourtant, elle éveille en lui un sentiment, qui ne lui est cependant pas étranger, à ses dépens. Quand elle débarque au cabinet, il pense que ce n’est pas une bonne idée, et la côtoyer au quotidien lui fera revoir ses positions, car elle n’est peu seulement la petite rousse farfelue, mais plus que cela…
Les protagonistes secondaires sont intéressants, ils apportent chacun un petit quelque chose à l’histoire, à leur façon. Et surtout, la grand-mère.

En bref : une histoire légère, fraîche, et pleine d’humour, parfaite pour un moment de détente sans prise de tête. Toutefois, les émotions m’ont manqué, malgré les rebondissements. J’ai passé un bon moment avec cette lecture, c’était sympa, mais sans plus !

Un commentaire sur “Il suffit parfois d’un zeste de folie – Nina Kelly

Laisser un commentaire