Chroniques·Feel-Good

Petits mystères et grands bonheurs à Willow Road – Frédérique Hespel

Editions Déliées – 3 Octobre 2019
295 pages

Résumé :
C’est tout un petit monde qui vit au 30, Willow Road, résidence londonienne fièrement dressée entre les maisons colorées et les devantures fleuries. Des habitants de 7 à 77 ans… Sans oublier un gros chat et un bonsaï amoureux de musique classique ! Tous ces résidents se croisent, cohabitent, se supportent et vivent ensemble selon un rythme bien défini… jusqu’au jour où Thomas fait son grand retour, bousculant leur quotidien. Heureusement, chacun peut compter sur l’autre et, à eux tous, ils sont sûrs d’atteindre leur but : trouver le bonheur, tout simplement !

Mon avis :
Au 30, Willow Road, nous allons rencontrer tout un petit monde : que ce soit la famille parfaite, le voisin quelque peu acariâtre, la jeune hôtesse de l’air, le couple de jeunes nouvellement installé, la mère célibataire ou encore les piliers de la résidence, il y en a pour tous les goûts. Quand Thomas revient sur place après des années en Australie, les choses ne vont plus être aussi singulières qu’elles l’ont été, les souvenirs vont refaire surface, l’attrait de la nouveauté sera lui aussi présent. Et une chose est certaine : le bonheur n’est pas très loin !

J’aime beaucoup la plume de Frédérique Hespel, et quand vous voyez cette magnifique couverture, difficile de résister.. Dès le début de ma lecture, je me suis laissé transporter au sein de l’histoire, qui est fluide, addictive et qui ne nous laisse pas insensible. Rapidement, je suis tombée sous le charme de cette résidence et de ces habitants. Difficile de ne pas ressentir les émotions qui en émanent.

Les personnages sont attachants. Tous ont su me toucher d’une façon ou d’une autre. Que ce soit le couple phare de la résidence, Janet et André, Henry, l’acariâtre, les jeunes amoureux, Chloé et Valentin, Marie qui vit avec son fils Félix, Emily l’hôtesse de l’air célibataire ou encore Alexandre et Amélia qui en compagnie de leur enfant forment la famille parfaite. Ajoutez à toute cette maisonnée, le retour de Thomas, le fils de Janet et André. Ajoutez-y des protagonistes extérieurs et le tout est joué. Si des rancoeurs du passé vont refaire surface, de nouveaux liens vont se nouer. Chacun a un passif qu’il soit réjouissant ou non, mais même si la douleur, le ressentiment et d’autres sentiments négatifs vont se jouer, tous sont liés par ce même lieu de vie et vont avancer vers la quête du bonheur. Je crois que mon petit préféré dans toute cette population, restera Félix, le petit garçon de 8 ans.

En bref : j’ai passé un excellent moment avec cette lecture. Une histoire mêlant passé, doute, le présent et l’avenir, l’ensemble dans un même lieu de vie. Mais c’est surtout un concentré de sentiments qui s’impose au sein de cette résidence Londonienne et qui nous met du baume au cœur !

Laisser un commentaire