Chroniques·dark romance

Les Rapaces, T.4 : Le Milan et le Condor – Pierrette Lavallée

Editions Sharon Kena – 13 Août 2019
196 pages

Résumé :
Condor et Milan sont en cavale après avoir participé au braquage. Cependant, ils ne sont pas les seuls à fuir, Condor a enlevé une jeune femme… Kelly. Il a vu en elle une âme blessée, une demoiselle en détresse enfermée dans un carcan de règles, de devoirs et de lois divines qu’il rêve de démolir. Kelly doit être brisée pour se reconstruire, et qui est mieux placé que Condor pour la libérer, d’autant plus qu’il est un Dominateur et un Maître incontesté dans son domaine ?
Mais Condor a besoin de la stabilité de Milan pour ne pas perdre le contrôle, pour ne pas devenir un animal, parce que son âme est envahie par les ténèbres, parce que son passé ne cesse de le poursuivre… jusqu’à le rattraper.

Mon avis :
Tous comme leurs acolytes, Milan et Condor sont en fuite. Après avoir enlevé Kelly, la régulière d’un biker, ils se retrouvent au fin fond de la forêt dans le nid aménagé par Condor. Leur but : briser cette biche apeurée qu’est la jeune femme afin qu’elle se reconstruise et surtout s’épanouisse par la suite. Ce sera aussi le temps des confidences, car il faut bien se l’avouer, ces deux-là sont liés à jamais et ce n’est pas une femme qui les séparera bien au contraire…

J’ai longtemps repoussé la lecture de ce tome, non pas du fait que Pierrette Lavallée mette en avant un couple gay, mais simplement de par les caractéristiques de l’un des personnages. Encore une fois, ce tome n’est pas à mettre entre toutes les mains. Si de prime abord, j’ai été déroutée par la noirceur, la cruauté, la violence, qui se dégagent de l’histoire, au fil des pages, j’en suis venue à tout de même apprécier l’histoire. Cette dernière est narrée d’une telle façon, que je me suis surprise à ressentir les diverses émotions qui en découlent, allant même jusqu’à être touchée par Condor (c’est lui qui me freinait) sachant qu’au départ, ce n’était pas gagné.

Les personnages sont attachants, touchants à leur façon. Milan (Milo de son prénom) est le fils d’un flic, et pourtant, il n’a pas hésité à suivre ses « frères ». En fuite tout comme le reste de la bande, il est resté aux côtés de Condor, avec lequel il entretient un lien très particulier.
Condor (Connor de son prénom) est un dominant, un mâle alpha, qui ne supporte pas que l’on touche à son âme sœur, Milan. Un brin sociopathe, un brin psychopathe, il ne fait pas bon se retrouver face à lui.
Les deux hommes s’aiment, c’est indéniable. Ils sont le Ying et le Yang. Quand Condor part en vrille, devient létal, Milan est le seul à réussir à l’apaiser, le contrôler dans sa folie. Au départ, on ne le comprend pas, puis, quand le passé de celui-ci revient à la surface, on ne peut qu’être surpris voire même estomaqué par ce qu’il a vécu dans son enfance.
Kelly arrive au sein du duo un peu malgré elle, telle une biche apeurée, une femme qui n’a rien pas vraiment vécu sexuellement, un tantinet Sainte Nitouche, et elle va faire les frais du côté dominant de Condor. Elle en viendra à expérimenter et ressentir des sensations qu’elle n’aurait jamais pensé pouvoir.

En bref : un tome qui m’a fait peur durant un temps certes, avec lequel j’ai reculé concernant la lecture, mais finalement, narré d’une telle façon que la noirceur et le côté « cru », de l’un des protagonistes, m’a permis de passer un très bon moment  !

Laisser un commentaire